Comment calculer votre rendement locatif ?

S'assurer une rentrée d'argent supplémentaire tous les mois, enrichir son patrimoine à léguer... Investir dans un bien immobilier se révèle être un choix judicieux pour accroître ses revenus. Il permet également de transmettre un patrimoine à fort intérêt à ses enfants. Toutefois, tous les biens ne se valent pas.

Partager cette publication

La qualité du logement, son prix et sa qualité rentrent en ligne de compte pour calculer la rentabilité locative. Un élément essentiel dont il est nécessaire de prendre connaissance avant tout achat d’un bien immobilier éventuellement destiné à la mise en location. Alors, comment calculer son rendement locatif potentiel ? C’est la question à laquelle nous répondons aujourd’hui dans ce nouvel article.

Rendement locatif : définition

Si le rendement locatif est une donnée des plus importantes, peu de propriétaires en possèdent, aujourd’hui, une définition claire. De quoi est-il question ? Le rendement locatif correspond aux intérêts réalisés une fois la différence faite entre le prix d’achat et le prix de revient. Le rendement locatif est, la majeure partie du temps, exprimé en pourcentage. À savoir que cet élément se calcule sur une base annuelle.

Bien immobilier : rendement locatif brut et net

Avant d’acheter un bien immobilier à destination de la location, il est indispensable de prendre connaissance du rendement brut et du rendement net. Alors, de quoi s’agit-il ?

Le rendement locatif net se traduit par le rendement du logement, déduction faite des impôts et des charges liés au bien en question. Les charges regroupent, entre autres, le montant des factures, les dépenses connexes à l’entretien du logement, les frais du syndic etc. Côté impôts, il faudra penser à faire la somme de la taxe foncière et de l’ISF.
Le rendement locatif brut est plus simple à calculer. Celui-ci n’inclut pas les charges de location ni les impôts fiscaux. Son avantage : il permet de se faire une idée rapide et approximative de ce que le logement peut rapporter. Attention cependant. Gardez en tête qu’il ne s’agit là que d’un indicateur relatif. Pour une précision maximale et pour davantage de sûreté, il est nécessaire de se référer au résultat net.

Au cours de votre recherche de bien, il y a des chances que vous rencontriez la notion de « rendement locatif moyen ». Il est ici question d’une moyenne globale française qui permet au futur acquéreur de se faire une idée du rendement d’une habitation en location. Ce taux s’élève à 5,9% en métropole. Toutefois, ce taux varie en fonction de la localisation du bien. Les villes de Rennes, de Lille et de Strasbourg affichent des rendements moyens supérieurs à 7%. La tendance s’inverse à Paris où le taux baisse pour atteindre les 3,5%. Les prix immobiliers élevés de la capitale sont à l’origine de ce chiffre étonnamment bas. À Marseille, le rendement s’approche des 6%.
Les villes au sein desquelles la demande de logements est supérieure à l’offre et où les prix d’achat demeurent raisonnables et abordables se révèlent être les plus rentables.

Rendement locatif : comment le calculer ?

Comme nous l’avons vu précédemment, il existe une différence notable entre le rendement locatif brut et le net. D’où l’intérêt d’être en mesure de savoir calculer les deux.
Le brut s’évaluera de la façon suivante : 100 x (loyer mensuel x 12) / prix d’achat du bien.
Pour ce qui est du net, il faudra réaliser le calcul suivant : 100 x (loyer mensuel x 12) – charges non récupérables – taxe foncière – frais de gestion – impôts – ISF / prix d’achat du bien. Il est indispensable d’estimer de manière précise sa rentabilité locative de façon d’augmenter ses revenus, et non à en perdre.

Achat immobilier : quelques conseils

Investir, quelle qu’en soit la nature, représente toujours un risque. Le calcul du rendement locatif ne prend pas en compte les imprévus. Ainsi, et pour se préserver des mauvaises surprises, quelques règles sont à suivre.
Tout d’abord, gardez en tête que votre logement ne sera, peut-être, pas toujours occupé par un locataire. La période d’inoccupation se traduit par une moindre rentabilité.

L’augmentation du loyer, des charges, une revente sont des moyens dont dispose le propriétaire pour accroître sa rentrée de ressources et pour optimiser les intérêts de son investissement. Ici encore, restez méfiant, et surtout, ne soyez pas trop gourmand. En effet, le but n’est pas de faire fuir vos locataires, mais bien de les garder au sein de votre logement le plus longtemps possible.

Aussi, en fonction du prix de revente et de l’état du marché au moment T, il se peut que le bien ne trouve pas preneur avant quelques mois, voire quelques années. C’est là du temps durant lequel le bien perd de la valeur et en rentabilité.

Vous l’aurez compris, le rendement locatif est un élément indispensable pour se lancer dans l’aventure avec un maximum de certitudes. Que vous habitiez à Septêmes-les-Vallons, Marseille ou ailleurs dans les Bouches-du-Rhône, prenez le temps de calculer le rendement de votre logement et ne vous basez pas uniquement sur le taux moyen de la commune.